Tout le monde descend !

Ça vous dit d’effectuer le parcours du combattant dans les souterrains de la Première Guerre mondiale ? De descendre au fond d’une mine ? De faire remonter à la surface 175 000 ans d’histoire ? Il est temps de vivre une expérience en sous-sol… majeure !

Descendre une vraie fosse…

Quand la cage se referme, on n’en mène pas large avec notre casque jaune poussin. Il faut dire que ce n’est pas très fréquent d’entrer verticalement dans l’Histoire à une vitesse de huit mètres par seconde. Une minute plus tard, l’ascenseur s’ouvre sur une autoroute de corridors. Le spectacle saute aux yeux dans une déflagration digne d’un coup de grisou. L’éclairage inquiète, l’odeur de charbon imprègne les vêtements tandis qu’une symphonie pour marteaux-perforateurs cadence la visite du Centre historique minier de Lewarde. A la grande époque, 800 mineurs descendaient dans les entrailles de la fosse Delloye. Quelques chevaux aussi, capables de tirer sept tonnes du précieux minerai. Un demi-siècle après sa fermeture en 1971, le site a conservé sa lampisterie, sa salle des pendus, ses machines d’extraction et surtout ses fameuses galeries. Qu’on aurait bien voulu connectées aux Boves d’Arras. Histoire de gagner du temps…

… Ça craie des liens

Vous voilà maintenant à douze mètres sous les pavés de la place des Héros reconnaissable à son beffroi inscrit au patrimoine Unesco. Ici, pas de wagonnets remplis de charbon mais de la craie qui, dès le 9e siècle, participe à la construction des églises alentour. A force d’être creusé, le sous-sol de la ville d’Arras se transforme en gruyère géant. Une glaciaire idéale pour stocker les marchandises et surtout un refuge pour militaires. Pendant la Grande Guerre, les forces du Commonwealth prennent leur quartier d’hiver dans ces souterrains providentiels. Un peu plus loin vers la ligne de front, la Carrière Wellington devient le QG britannique. Entre octobre 1916 et mars 1917, 500 tunneliers Néo-Zélandais sont embauchés pour creuser une ville sous la ville. Aujourd’hui, le Mémorial de la Bataille d’Arras se foule par petits groupes. Pas à pas, on découvre la vie des 24 000 « Tommies », les douches, la salle des transmissions, le bureau des officiers et le fameux pilier n°5 où résonne l’ultime prière avant l’assaut du 9 avril 1917 à 5h30.

Même s’il y a un os ! 

Un siècle plus tard, le monde se souvient de ce jour décisif qui marque le bout du tunnel pour les alliés. Le nôtre nous mène jusqu’à la crête de Vimy. Ici, vous avez la permission de remonter à la surface tellement le paysage est à couper le souffle. Vous y verrez le Centre d’interprétation serti de 11 285 pins du Canada. Mais aussi l’immense mémorial qui surplombe les plaines de l’Artois hérissées des terrils jumeaux de Loos-en-Gohelle. Si votre cœur balance entre sous-sol et plancher des vaches, vous pouvez toujours vous faufiler dans les tranchées reconstituées. Vous tomberez peut-être sur un os fossilisé que vous déposerez au musée-parc archéologique Arkéos, votre dernière étape. Avec de la chance, votre découverte analysée au carbone 14 trouvera sa place entre une dent de mammouth et un humérus de bison. Ou carrément à proximité des stars locales : deux parties de crânes pré-néandertaliens datés de 175 000 ans avant notre ère. Plus qu’un simple musée, Arkéos témoigne de la très ancienne présence humaine dans les actuels Hauts-de-France. Fruit de fouilles incessantes, cet héritage nous renseigne sur la vie quotidienne de nos aïeux. Au retour des beaux jours, le parc s’ouvre à de nombreuses activités : ateliers pour enfants, découverte de l’habitat médiéval, etc. A vous de creuser.

Le saviez-vous ?

La cave se rebiffe. Autant le dire tout de suite, l’aventure commence avant d’y être. Le Poche se déniche comme une perle rare et l’étroit escalier qui y mène accentue le mystère. Située dans les sous-sols de l’ancien hospice de la Charité de Béthune, cette petite salle de concert de 200 places debout revendique une programmation indomptable à base de rock indépendant, de ska, de punk et de soul. Dans ce « four à pizzas géant » comme on le surnomme, le son enflamme les voûtains de briques sans heurter nos tympans. Y’a pas à dire, seule une cave produit décibels et émotions

Informations pratiques

  • Centre historique minier, fosse Delloye, rue d’Erchin à Lewarde. Tél. : 03 27 95 82 82
  • Les Boves, renseignements à l’Office de tourisme d’Arras, place des Héros à Arras 03 21 51 26 95
  • Carrière Wellington, rue Arthur Delétoille à Arras. 03 21 51 26 95
  • Parc commémoratif du Canada de Vimy, Tél. : 03 21 50 68 68
  • Arkéos, musée-parc archéologique, 4401, route de Tounai à Douai. Tél. : 03 27 71 18 00.
  • Le Poche, rue Fernand Bar à Béthune. Tél. : 03 21 64 37 37
Partagez :