Fières allures

Chacun son rythme. Que ce soit à cinq, dix ou quinze/km, les paysages défilent et s’impriment dans votre disque dur personnel. Les expériences ne manquent pas pour découvrir le territoire.

5 km/h : à pied, ça marche ! 

Au même titre que le plateau des Millevaches, le Pays d’Auge ou les Monts d’Aubrac, le Bassin minier possède ses propres circuits de grande randonnée. Au nombre de sept – soit près de 470 kilomètres répartis sur 40 randonnées – ces boucles forment une formidable porte d’entrée pour qui souhaite découvrir les pépites de la région à son rythme. Parmi elles, citons les coteaux d’Haillicourt où s’émancipe le singulier « Charbonnay », les anciens Grands bureaux des mines de Liévin, le musée vivant 14’18 de Souchez, la piscine Art déco de Bruay-la-Buissière, le musée du Louvre-Lens, le beffroi de Douai, le Centre historique minier de Lewarde ou encore la trouée d’Arenberg dont les pavés donnent chaque année du fil à retordre aux coureurs du Paris-Roubaix. Ces derniers ne rêvant que d’une chose : pédaler sur un chemin de halage tout ce qu’il y a de plus plat. Contrairement à eux, vous pouvez le faire. Notamment le long de la rivière Scarpe, entre Pecquencourt et Warlaing. Vous êtes ici au cœur des vallées de la Scarpe et de l’Escaut. Cette vaste zone humide qui vient d’être officiellement reconnue 50e site Ramsar français est une invitation à la promenade. Les week-ends d’été, de nombreux événements « fluvestres » (mélange d’activités fluviales et terrestres) y sont organisés sous l’égide de la Communauté de communes Cœur d’Ostrevent. Des trails multi-sports, des randonnées familiales, de la marche nordique mais aussi du canoë et du paddle. Une autre façon de parcourir le territoire.

 

Vue sur les terrils de Loos-en-Gohelle. Activité agricole "high tech" sur la plaine de Gohelle.

10 km/h : courir après les émotions

Traverser la Galerie du Temps en petites foulées et recevoir les encouragements d’Alexandre le Grand, de Jean-Jacques Rousseau et de Napoléon Bonaparte est un privilège exclusivement réservé aux cinq premiers. Au kilomètre 68, les autres coureurs n’ont d’autre choix que de contourner le musée du Louvre-Lens. Dans sa version longue, le Trail des Pyramides noires est une expérience unique. Réservé aux sportifs aguerris, ce parcours fleuve de 110 kilomètres prend sa source au cœur de l’ancien monastère de Gosnay. Entre le départ donné à minuit dans un feu d’artifices de lampes frontales et l’arrivée 11 heures plus tard – pour les meilleurs ! – fosse Delloye à Oignies, se dresse une vingtaine de terrils. Autrement dit, 2000 mètres de dénivelé positif. Mais l’effort vaut tous les sacrifices. Le parcours passe par l’Himalaya du nord (terrils jumeaux de Loos-en-Gohelle), longe une piste de ski (Noeux-les-Mines), surplombe un exceptionnel écosystème naturel (Parc des Berges de la Souchez à Noyelles-sous-Lens), serpente dans les cités minières, affleure les chevalements, quand il ne salue pas carrément les façades Art déco des villes traversées. S’il vous reste un peu de souffle, vous pouvez tenter une seconde expérience. Mais cette fois-ci au cœur du Parc naturel Scarpe-Escaut où se déroule depuis 1984 la fameuse Course des terrils. Ce qui en fait l’un des plus anciens trails de France. Une dizaine de versions cohabitent. Des P’tits Quinquins (700 mètres) à la Contrebandière (55 km) en passant par l’historique Sauvage, un trail court de 25 km qui passe notamment par cinq terrils et traverse la forêt de Raismes classée Zone Natura 2000. De quoi vous faire oublier les crampes.

Trail des Pyramides Noires © Pidz

Le saviez-vous ?

On se laisse guider par son chien. Quelques fossés, des raidillons, des slaloms à travers les arbres, quelques étangs aussi mais surtout pas de macadam. Ça abîme les coussinets du Pointer anglais, du Braque de Weimar et du Greyster norvégien. Des chiens taillés pour la course. Tous les ans, le Canicross d’Arleux (le plus grand de France) accueille des centaines de chiens venus de toute l’Europe. Toutes les 15 secondes, reliés par une ligne de trait, toutous et maîtres partent à l’assaut des 5 kilomètres. Le chien, toujours devant c’est la règle, mène la danse. Le maître qui suit derrière est parfois aux abois.

15-20 km/h : le deux-roues rayonne

Depuis les collines de l’Artois, le paysage semble s’étirer à perte de vue telle une carte postale à 360°. Le Parc d’Olhain, véritable poumon vert qui oxygène l’ouest du territoire, est devenu au fil des ans le point de départ de nombreuses randonnées VTT et VTC. Les différents parcours commencent en haut de la station et serpentent ensuite sur plusieurs dizaines de kilomètres. Le grand avantage, c’est qu’ici, qu’on soit débutant ou expérimenté, en famille ou seul, on trouve toujours un circuit adapté. Ainsi qu’une station de lavage et de gonflage à proximité du camping. Certes, les mollets sont sollicités, mais l’air pur, les extraordinaires panoramas et l’authenticité du patrimoine que vous croiserez valent bien quelques efforts. De retour à la base, vous pourrez alors vous reposer confortablement installés dans une luge 4 saisons. Et sans le moindre effort dévaler 650 mètres de piste incurvée à 35 km/h cheveux au vent. Cette petite expérience vous donnera certainement envie de vous rendre à l’autre bout du territoire pour découvrir le terril des Argales à vélo électrique. A Rieulay, il fallait au moins ça pour arpenter les flancs du plus grand terril du Bassin minier. Soit 140 hectares aujourd’hui métamorphosés en espace naturel sensible. Par temps clair depuis les campaniles qui surplombent le site, on aperçoit le Centre Historique Minier de Lewarde. Mais comme souvent, le plus extraordinaire est juste à côté de vos roues : la flore. Aux beaux jours, elle déploie ses richesses sur un plateau tantôt tapissé de Séneçons du Cap, tantôt recouvert de Millepertuis à feuilles perforées. A vélo, la nature dévoile aussi son petit peuple. Le lézard des murailles, le cygne tuberculé, le grèbe huppé, le foulque macroule et le crapaud calamite devenu l’emblème du site.

Suivez le guidon ! 

Cœur d’Ostrevent compte un peu moins de 180 kilomètres de randonnées cyclistes. Bassin Minier à Vélo® valorise les différents itinéraires qui irriguent ce territoire, certes petit par sa taille mais ô combien riche du point de vue environnemental. A vélo, vous pourrez vous balader dans les 4 hectares d’espaces naturels, traverser 800 hectares de forêt, 2 réserves naturelles régionales ainsi qu’approcher 2 tourbières remarquables. A vous maintenant de choisir votre monture.

Informations pratiques

Partagez :