Partager, goûter, savourer

Croquante, croustillante, ronde, allongée, en cornet, dans un saladier, salée voir même sucrée, la frite fait le bonheur des habitants de la région des Hauts-de-France. Populaire et festive, s’il y a bien un lieu étonnant où les habitants se retrouvent pour discuter et échanger sur la vie de quartier mais surtout la déguster c’est autour de la baraque à frites.

« Sa » frite, on la dévore sur le parking du stade Bollaert-Delelis, juste avant un match. On en fait tout un plat entre copains. On la mange, brûlante, avec une bonne carbonnade ou un potjevleesh. Les puristes la préfèrent au gras de bœuf, façon « tradi ». Les gastronomes l’exigent fraîche et de préférence avec des pommes de terre d’ici, la bintje, la charlotte ou l’une de leurs cousines.

Mais qu’est-ce qu’une baraque à frites ?

Popularisée par le film, « Bienvenue chez les Cht’is », elle n’en est pas moins présente depuis des décennies dans le cœur des habitants de la région. Caravane ou camion aménagé, cet établissement ambulant à ciel ouvert propose entre autre des frites fraîches cuisinées à la mode nordiste. Caravanes customisées un peu kitch à des baraques à frites au design innovant, la baraque à frites, grande gloire des années 70 et ancêtre du food truck continue à être un point central pour les rencontres des habitants.
Généralement implantée dans les lieux stratégiques de la ville : Grande place, à côté du stade municipal, des universités ou bien encore lors des traditionnelles fêtes foraines (ducasses pour les intimes),  la baraque à frite unit et permet des échanges simples et souvent passionnés. Des baraques à frites étonnantes comme celle imaginée par Erwin Wurm voient le jour et donnent un coup de neuf à ce mode de restauration ambulant.

Le saviez-vous ?

Le terme « french fries » date de la première guerre mondiale. Même si la frite est belge et s’est exportée aisément dans nos contrées, les troupes canadiennes et anglaises ont découvert la frite sur les lignes de front. Et comme la langue usitée dans l’armée, était le français, « french fries » est née !

Partagez :