Le 30 juin, cela fera cinq ans que le Bassin minier Nord Pas-de-Calais est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Si figurer sur la plus prestigieuse des cartes du monde est un honneur, valoriser le territoire concerné est un défi.

Des cités minières, des chevalements, des cavaliers, des fosses, mais aussi des écoles, des salles des fêtes, des bureaux administratifs, des églises… le tout réparti sur  4 000 hectares de paysage qui s’étendent sur 120 kilomètres de long. Les 353 éléments du Bassin minier inscrit en juin 2012 au Patrimoine mondial de l’Unesco sont le fruit de 270 ans d'exploitation minière et leur diversité est une richesse. 
« La diversité du territoire est un atout car nous pouvons valoriser les "pépites" de chacune de ses composantes », note Catherine Bertram, directrice de la Mission Bassin Minier. « Au-delà de la reconnaissance et du prestige qu’elle confère, l'inscription nous lance un challenge : celui de le rendre accessible au grand public. » 

Une œuvre combinée de l’homme et de la nature

 C’est une vieille antienne. Une question qui occupe à plein temps les forces vives du territoire : comment projeter le Bassin Minier dans le futur sans sacrifier son histoire ? La réponse s’est imposée d’elle-même : faire de la seconde le moteur du premier. « Notre patrimoine est unique. Si nous avons été inscrits dans la catégorie Paysage culturel évolutif vivant, ce n’est pas un hasard », souligne-t-on à la Mission Bassin Minier. Preuves à l’appui : la requalification de l’ancienne fosse du 11/19 en pôle d’excellence en matière de développement durable (Loos-en-Gohelle), une base de loisirs (avec ses biquettes) sur le terril des Argales (Rieulay), un pôle images et médias numériques sur le carreau de fosse de Wallers-Arenberg ET, non pas des moindres, une salle de concert le Métaphone®, sur le site du 9-9bis à Oignies.
 
Aussi, cette distinction booste le tourisme en s’appuyant sur l’aura des grands sites de la mémoire minière. Comment ? En appuyant sur la pédale. « On a fait le pari de l’itinérance, notamment à vélo. Le territoire s’y prête. D’une manière plus générale, la balade est pratique pour connecter les lieux.», résume C. Bertram.
 
A l’aube des années 2000, le tourisme en Pays noir n’était pas une évidence. Quinze ans plus tard, l’inscription au Patrimoine mondial de l’Unesco sert de levier pour la promotion de la destination Autour du Louvre-Lens et ce sont déjà des dizaines de milliers de visiteurs qui déambulent entre les différents sites inscrits.
La Fosse d’Arenberg à Wallers, la Fosse Delloye à Lewarde, la Fosse 9-9 bis à Oignies, la Fosse 11/19 à Loos-en-Gohelle, la Cité des Electriciens à Bruay-la-Buissière.
 
5 ans : le lustre va briller cet été 
Du 30 juin au 16 juillet 2017, pour fêter les 5 ans de l’inscription du Bassin minier au Patrimoine mondial de l’Unesco, le territoire sera en perpétuelle effervescence. L’événement sera ponctué de spectacles, de balades, d’expositions et d’animations. Temps fort de la quinzaine : du 30 juin au 2 juillet, un programme événementiel – festif, artistique et sportif - sera proposé autour d’une série de sites emblématiques.











Retrouvez toute la programmation sur : http://www.bassinminierenfete.fr/

Commentaires

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.